Croack et la suissitèe 1 partie…

À la fin de septembre 2016 nous avons été appelés aux urnes, vote at au niveau fédéral ont été trois sujets : Loi fédérale sur les activités d’information (Iain) ; Initiative populaire « pour une économie durable et une gestion efficace des ressources » et « initiative » AVSplus : pour une AVS. Le résultat a été favorable qu’à la loi fédérale sur les activités d’information, les deux initiatives populaires ont été rejetés. Citoyens ont voté exactement comme le gouvernement avait recommandé et cela a fait place à vives controverses.
Fils volants accusations des informations tendancieuses, partisane promotion d’initiatives et absence totale de clairvoyance. Sans le vouloir insulter l’électorat a progressivement digéré le fruit amer et presque déplacés. Non sans grognent, aussi, parce que le vote a pris partie seulement 42,2 % des personnes admissibles. Les 57,8 % des adultes se sont abstenus, donnant place à aucun doute : « Je suis né le nouveau parti des « ne sais pas », » je m’ennuie » ou / et « Je ne veux pas de responsabilité » ? ».
Que le sens des responsabilités sont manquants à un fort pourcentage d’adultes dans le monde entier est un fait… l’ennui, les doutes, les peurs et les incertitudes sont choses normales.  Il n’y a aucune comparaison entre l’heureux événement, ne pas né aucun nouveaux mouvement politique. Ce lui de l’abstentionnisme est un  parti traditionnel, à la fin du XIX siècle le taux d’abstention avait  une oscillation  entre le 40%  et le 67 %. Quoique… juste entre les deux guerres mondiales, il y avait une abstention modérément faible. Que la pression extérieure sur les frontières avait réveillé la fierté d’être non seulement les ressortissants suisses mais… souverains ?
J’exagère ? No… tout le système Suisse est également basé sur le principe du peuple souverain , le vote est l’expression de la puissance du citoyen sur les institutions. Bien sûr, comme tous les rois a ses limites, ses faiblesses, mais aussi être entouré de courtisans voraces , des bons etd es mauvais conseillers.  Un souverain intemporel… toujours en difficulté, enterrée  sous  milliers  de soucis, les engagements et les responsabilités de la vie quotidienne. Il n’a pas suffissante temp pour étudier et évaluer tout. S’abstenir donc  c’est peut-être pour prendre  du temps pour penser … Sage décision ? Fatigue ? Difficulté à comprendre le sujet en discussion ? Analphabétisme ? Paresse ? Indifférence ?
Il est indiscutable, ce  n’est pas facile de bien comprondre les différents thèmes lors du vote. La plupart du temps on ne comprend rien à cause de Babel qui est déclenché dans les semaines précédant le vote. Les citoyens sont déconcertés par le chaos confus, qui les accable les semaines précédant le vote. On est submergés par un fatras d’idées, opinions, déclarations, hypothèses, conjectures, contradictions et parfois inventions. 
Quand j’étais petitte  on nous enseigait à survivre le martèlement de messages contradictoires des différentes parties …éducation civique à l’école et à la maison longue discussions sur quoi, comment et pourquoi voter ou ne pas voter.  On a grandi en lisant la brochure d’explication… les propositions … ceux en faveur… ceux contre… et les conseils du gouvernement.
Peut-être  que a renforcer ceux qui s’abstiennent de voter c’est la certitude que tous les citoyens peuvent dénoncer l’État pour violation des droits de citoyen devant la Cour fédérale .
Ils semblent si loin le temps où les suisses faisaient passer l’hiver froid en lisant les nouveaux règlements approuvés l’année dernière .. heures à étudier les nouveaux décrets, manoeuvrant avec la Constitution, en sirotant une tasse de vin brûlée, entouré par l’odeur de fondue. Ce n’était pas obstination ou masochisme… mais simple sens du devoir… comme tous les bons rois , qui se soucie de son règne, correction d’épreuves et de réparer le coup, ou au moins il a essayé.
Aujourd’hui nous  googolons, nous répondons aux enquêtes et nous oublions  de voter, mais  nous n’oublions pas de se plaindre contre les choix faits par ceux qui sont allés aux urnes.
Plus de 140 ans,le mystérieuse parti  de l’abstention .  « Parce que beaucoup ne votent pas ? » est une question pour longtemps restée sans une réponse, on ne sait pas en fait. Manque de temps ? On a ouvert  le vote par correspondance à tous  non seulement pour ceux qui ne peuvent pas aller aux urnes, parce qu’ils ce trouvent à l’étranger ou pour des raisons de santé, … et pourtant rien.  Maintenant  nombreuses régions on peut voter avec vote électronique … et voici le miracle il y a eu une augmentation des électeurs. Le coût pour la mise en place et la fourniture d’une plate-forme de vote, a contribué à augmenter les citoyens qui font une saine promenade , dimanche à voter au  siège .
Cela fait partie d’être Suisse, libres de voter ou de ne pas voter, dit et se contredire, à faire et à défaire, mais avant tout de se plaindre, en particulier contre Berne.
2016-30-10-14-18-49-croack-suissitee
Croack and suissitèe….

en italien

Annunci

1 commento su “Croack et la suissitèe 1 partie…”

I commenti sono chiusi.